Systématique

OrdreRodentia
FamilleDasyproctidae
Sous-famille
GenreDasyprocta
EspèceDasyprocta punctata

Description

L’agouti ponctué a un corps allongé avec de longues jambes minces. Son pellage épais et rugueux a en général une coloration orange foncée ou brune.  Sous le ventre il est blachâtre à jaunâtre. Sa grande tête avec des petits oreilles rondes et ses grands yeux repose sur une courte colle. La queue ne mesure qu‘un à quatre centimètres. L’agouti pèse entre 1.5 et 4 kg.

Biologie

Au contraire des pacas, les agoutis sont surtout des animaux diurnes. Normalement il s’agit d’un animal solitaire, mais il existe aussi des petites colonies. Comme le paca, chaque agouti vit dans son propre terrier. Devant chaque terrier il y des chemins dans diverses directions vers les places de nourrissage. Les agoutis sont surtout des végétariens, qui mangent un peu près tout ce qu’ils trouvent. Ils préfèrent des herbes, des racines, des fruits, des insectes et des noix. Il y a des observations selon lesquelles les agoutis suivent des primates pour manger les fruits qui tombent par terre. Pour manger, l’agouti se dresse sur ses pattes arrières et tient la nourriture entre ses pattes. S’il trouve suffisamment à manger l’agouti fait des trous et cache des noix et d’autres morceaux de nourriture pour plus tard. Il joue ainsi un rôle important dans la distribution de certaines espèces de plantes. Chez l’agouti le temps de gestation est d’environ trois mois et il y a en général deux petits par portée. Les petits sont nés dans un nid fait de feuilles, de racines et de poiles. Les nouveau-nés sont poilus et nidifuges et se tiennent sur leurs pieds déjà quelques heures après leur naissance.

Habitat

L’aire de répartition de l’agouti ponctué s’étend du Sud du Mexique jusqu’au Nord de l’Argentine. L’agouti peut vivre dans une variété de différents habitats, dont des forêts humides au bord de l’eau, des forêts sèches dans les collines, des bords de fleuves à hautes herbes, des broussailles denses, des savannes ouvertes ou des zones d’agriculture. Il creuse des terriers entre des blocs de cailloux, sous des racines d’arbres ou dans des talus près des cours d’eau.

Menaces

Près des habitation humaines l’agouti est fortement chassé pour sa viande savoureuse, et parce qu’il fait des dégâts dans les plantations de canne à sucre. En plus, la destruction de son habitat naturel fait que six des onze espèces sont sur la liste IUCN des espèces menacées. Avant l’arrivée des Européens, l’agouti avait été introduit sur diverses îles des Caraïbes en tant que source de nourriture. Aujourd’hui ces populations sont éteintes. Lorsqu’il est menacé par un félin ou un serpent, l’agouti se penche et reste immobile, tout comme nos lièvres. Si l’animal est quand même découvert, il s’enfuit à grande vitesse en sautant dans différentes directions, et se cache dans des creux d’arbres tombés, d‘où il sort souvent inaperçu de l’autre côté. L’Aguti vit entre autres à Shipstern, la réserve naturelle du Papiliorama au Belize, en Amérique Centrale. À travers cette réserve, et par l’élevage en Suisse, le Papiliorama peut contribuer à la conservation de cette espèce. Shipstern offre un refuge aux Agutis qui subissent encore malheureusement de fortes pressions de chasse au Belize. Sans réserves naturelles, cette espèce animale, comme tant d’autres espèces des Tropiques, n’aurait aucune chance de survie.